Dernière mis à jour: 8 septembre
MENU  ▼

.OPÉRATION POUR UNE HERNIE DISCALE LOMBAIRE

Les risques associés à l'opération

 

Paralysies

Paralysie complète (exceptionnelle) ou partielle (très rare) : des membres inférieurs, de la vessie ou du rectum. Ceci est généralement dû à un hématome qui peut se former après l’opération. Ceci demande une nouvelle intervention d’urgence. La récupération est fréquente, mais progressive.

Brèches

Une brèche peut se développer dans l’enveloppe qui entoure les nerfs (méninge). Ceci peut provoquer une fuite du liquide céphalo-rachidien. Des maux de tête intermittents peuvent survenir. Toute fuite de liquide céphalo-rachidien est une situation très grave.

Infections

C’est le site de l’opération qui est le plus souvent touché par l’infection. Ceci nécessite une nouvelle intervention et la prise d’antibiotiques pour nettoyer la plaie. L’infection au niveau des méninges est très grave, mais très rare.

Le disque peut être infecté. Quoique rare, cela laisse des séquelles - lombalgies persistentes (spondylodiscite). De fortes doses d’antibiotiques sont à prendre pendant plusieurs mois.

 

Une infection urinaire (due à la mise en place d’une sonde urinaire), pulmonaire ou sanguine (septicémie) peut se produire après l’opération.

Autres

Suite à la position sur la table d’opération, une compression d’un nerf, au niveau des membres supérieurs (coude) ou au niveau des yeux (risque de cécité) peut survenir. Situation exceptionnelle. La plupart de ces complications guérissent sans séquelles. Certaines complications nécessitent un soin approprié. Une nouvelle intervention chirurgicale peut être requise ; certaines complications peuvent laisser subsister des séquelles graves et définitives.

Risques dune opération pour hernie discale | procédure | discectomie

 
 

Progression à suivre proposée au patient avant de considérer une intervention chirurgicale

chirurgie-hernie-discale-options
cliquez sur l'image

Examen physique : L’examen physique est primordial dans le cas d’un patient qui souffre d’une hernie discale. La documentation des signes cliniques aidera à déterminer l’amélioration du patient lorsqu’il entreprendra des soins. Les symptômes ressentis par le patient sont très utiles afin de déterminer les avenues thérapeutiques tout au long des soins/traitements.

IRM : Ce type d’imagerie donne au clinicien cent fois plus d’information que la radiographie traditionnelle. Il est impossible de visualiser une hernie discale à l’aide d'une radiographie.


Soins/traitements conservateurs minimum, 30 jours-3mois : L’amélioration des symptômes est relativement rapide chez les patients qui ne souffrent pas de symptômes sévères. Le mécanisme physiologique de rétablissement sera décrit dans un article ultérieur.
Objectif : 50 à 80 % d’amélioration : La règle d’or de la Méthode Cox® est la suivante : 50 % d’amélioration en trente jours. Les cas peu complexes ont souvent une amélioration de 50 % en 15 jours et jusqu’à 80 % en 30 jours. Les cas de bombement discal ou de symptômes intermittents affichent des améliorations immédiates.

 

SUITE

chirurgie-hernie-discale-options
cliquez sur l'image

Rémission : La plupart des patients soignés à la clinique se rétablissent en totalité.
Selon les candidats choisis, de 95 % à 99 % : Le taux de succès est très élevé. Les cas plus difficiles demandent une attention particulière. Si aucun signe neurologique n’est présent, la continuité des soins permet à la plupart des patients un retour à la vie normale à l’intérieur de 90 jours.

Aucune chirurgie/opération : Une étude de 1 000 cas sous soins Cox® démontre que moins de quatre pour cent ont eu recours à une chirurgie.
Source : Distraction Chiropractic Adjusting: Clinical Application and Outcomes of 1000 Cases, James M. Cox, D.C., DACBR, "", Top Clin Chiropr,  3(3); 45-59, 1996, Aspen Publishing

Retour à la vie normale : Un petit nombre de patients sont sous puissante médication lors de leurs premières visites. La plupart de ces patients ont attendu trop longtemps avant de consulter. Quatre-vingts pour cent des gens qui visitent notre clinique ont des limitations d’activité physique ou d’activité professionnelle. Les soins leur permettent de reprendre rapidement (15 à 30 jours) leurs activités normales.
Symptômes progressifs, de 2 à5 % : Un très petit nombre de patients devra obtenir une consultation chirurgicale. La hernie discale est une condition soignable et répond bien aux soins conservateurs. La détérioration des symptômes neurologiques indique que la lésion discale est trop importante pour continuer les soins. Le patient doit consulter pour subir une décompression afin de ne pas subir des séquelles permanentes.  

 

 
chirurgie-hernie-discale-options
cliquez sur l'image

Consultation médicale : Voyez votre médecin.
Attente : Plusieurs mois d’attente !

Chirurgie/opération: Certains cas doivent absolument subir une chirurgie. L’intervention peut être miraculeuse. L’objectivité est de mise avant de suggérer une telle procédure. Malheureusement, trop de gens subissent des interventions inutiles.
Réhabilitation 
: 6 à 12 mois, selon l’ampleur de la chirurgie; le retour à la vie normale peut être très long.
Taux de succès de 40 à 60 % : La littérature scientifique décrit très bien le taux de succès des opérations pour le dos.

Séquelles permanentes, de 20 à 40 %
Deuxième chirurgie/opération … FBSS : Si vous avez subi une chirurgie et qu’on vous en suggère une deuxième, essayez les soins Cox® avant une deuxième intervention, dans le but d’apaiser votre douleur.

La clinique Herniediscale.ca offre des traitements SANS chirurgie/opération. Aucun de ces risques ne peut survenir.

La chirurgie | une option de dernier recours

RÉHABILITATION ET SOINS POUR HERNIE DISCALE | POST-CHIRURGIE

 

Plusieurs années après une chirurgie lombaire, que faire ?

La douleur revient, et vous ne semblez pas être un candidat pour une deuxième chirurgie, car la première fut un échec. Il existe une solution efficace et peu onéreuse. Elle demande un peu d'effort de votre part.

La table Cox® permet d’effectuer un travail très précis à chacune des vertèbres lombaires. Le travail individuel est très précis. Après une étude de l'IRM et l’examen du patient, le clinicien peut configurer en trois dimensions la table afin de décompresser la région affectée. Le niveau de tolérance du patient est évalué d’après une série de tests (Protocol Cox®1 et 2). Les soins sont doux et sécuritaires.

La méthode Cox® pour la réhabilitation post-chirugicale

Table Cox pour traitement hernie discale.
cliquez sur l'image
 

Les preuves

Source :
Gestion de la douleur post-chirurgicale lombaire par soins chiropratiques (Méthode Cox®flexion-distraction): une étude rétrospective de 32 cas.
Journal of Manipulative and Physiological Therapeutics, Volume 34, Issue 6 , Pages 408-412, July 2011 Ralph A. Kruse, DC, Jerrilyn Cambron, DC, PhD

RÉSUMÉ

Le but de cette étude : démontrer l’efficacité des soins de la Méthode Cox® en flexion-distraction chez 32 patients souffrant de douleurs post-chirurgicales du rachis lombaire.

  • Tous les patients furent évalués sur une échelle de douleur de un à dix.
  • Durée des soins : 2 semaines.
  • Aucun événement indésirable n'a été signalé chez aucun de ces patients postopératoires.

CONCLUSION

Les résultats de cette étude démontrent une amélioration des patients souffrant de douleurs au bas du dos suite à une chirurgie du rachis lombaire, avec les soins chiropratiques en flexion-distraction Cox.

PRÉVENTION D'UNE CHIRURGIE

 

Cas clinique du Dr Sicotte -Certaines familles semblent souffrir de maux de dos de génération en génération. Souvent, les gens croient que leur mal est ancré dans l’historique familial. Certaines personnes ont le dos fragile et semblent souffrir perpétuellement. Dr Frédéric Diaz, PhD, fait partie d’un type de patient facilement identifiable, présentant des épisodes cycliques et des douleurs clairement répertoriées.
Votre courbe lombaire peut-elle affecter la biomécanique de votre dos ?

Sport | Art Martiaux | Dr Frédéric Diaz PhD | Version Courte

 

PHYSIOLOGIE VERTÉBRALE

Les gens dont la colonne vertébrale lombaire présente une courbure insuffisante ont souvent tendance à souffrir de maux de dos chroniques ou de symptômes récurrents.
La radiographie de la colonne lombaire du patient révélait une diminution importante de la courbure lombaire. Les normes de courbure ont fait l’objet de 25 ans de recherches; les études ont réussi à déterminer les diverses configurations, ainsi que la corrélation entre la configuration vertébrale et le bien-être.
Nous savons que plus la forme de la colonne s’approche de la normale, plus les probabilités statistiques sont en faveur d’une santé vertébrale optimale. Moins d’instances de douleur, moins de dégénérescence vertébrale, meilleure biomécanique, etc.
Une colonne vertébrale sans courbure favorise l’apparition d’un bombement discal, qui peut progresser vers une hernie discale. La forme des vertèbres lombaires est trapézoïde. Il est donc naturel de posséder une lordose lombaire. Une hypolordose transfère la pression sur le disque inadéquatement, ce qui crée une pression vers l’extérieur. Le tiers externe du disque possède des terminaisons nerveuses, et celles-ci causent des douleurs diffuses au dos. Cette pression entraîne aussi des spasmes musculaires.

Le Docteur Diaz a suivi deux types de traitement : des soins/traitements pour faire disparaître ses symptômes de hernie lombaire, et une réhabilitation musculaire du dos pour favoriser une bonne courbure lombaire.

Un suivi effectué après 32 mois révèle qu’il est toujours actif et sans douleur.